Action against weed resistance

Types de résistances aux herbicides

Les mauvaises herbes peuvent-elles développer une résistance à plus d’un herbicide ou à plus d’un groupe d’herbicides ?

Les mauvaises herbes peuvent être résistantes à un seul groupe d’herbicides ou à deux groupes ou plus d’herbicides. Les deux expressions « résistance en fonction du site » et « résistance métabolique » sont le plus souvent utilisées pour décrire le type de résistance des mauvaises herbes à l’activité d’un herbicide :

Les herbicides fonctionnent comme un mécanisme de sécurité avec clé : en désactivant des enzymes importantes chez les mauvaises herbes, ils les « verrouillent » littéralement. Toutefois, si l’enzyme modifie sa forme, l’herbicide pourrait ne pas être en mesure de se lier à l’enzyme pour la désactiver. Et c’est à ce moment-là qu’un herbicide arrête de fonctionner contre cette mauvaise herbe en particulier.

Voici quelques examples (du plus facile au plus difficile) :

  • Résistance
    Résistance simple aux herbicides
    Biotype résistant à un seul herbicide. (exemple : la mauvaise herbe résiste à l’ingrédient actif X appartenant au groupe {A}, mais pourrait toujours être sensible à l’ingrédient actif {Y}, appartenant également au groupe {A})
  • Résistance croisée
    Résistance croisée aux herbicides
    Biotype résistant à deux ingrédients actifs ou plus, appartenant au même groupe d’herbicides. (exemple : la mauvaise herbe résiste à plusieurs ou à tous les ingrédients actifs du groupe {A}, mais pourrait toujours être sensible à des modes d’actions d’autres herbicides.
  • Résistance multiple
    Résistance multiple aux herbicides
    Biotype résistant à deux groupes ou plus d’herbicides. Ceci est peut-être le résultat de deux mécanismes de résistance différents ou plus. (exemple : la mauvaise herbe résiste aux herbicides des groupes {A} et {B})

La résistance métabolique empêche les herbicides d’atteindre leurs sites cibles (généralement les enzymes) en :

  • réduisant l’absorption ou la translocation de l’herbicide,
  • en détoxifiant l’ingrédient actif de l’herbicide,
  • en stockant l’herbicide dans un site cellulaire qui n’est pas sensible à l’ingrédient actif ou
  • en réparant les tissus endommagés.
Les mauvaises herbes résistantes aux herbicides présentent-elles quand même des symptômes de dommages par un herbicide ou apparaissent-elles indemnes ? 
Malheureusement, les deux situations peuvent se présenter. Habituellement, vous ne serez en mesure d’identifier des populations résistantes qu’au moment où vous constaterez des échecs répétés suivant l’application du même produit ou de produits du même groupe d’herbicides, en repérant des poches de mauvaises herbes ayant survécu au traitement. Par exemple, si vos observations confirment que l’efficacité de cet herbicide a diminué au cours des trois dernières années, vous avez sélectionné des biotypes résistants.